La France retarde la signature de l’engagement Internet via la pression des États-Unis

la-france-retarde-la-signature-de-l'engagement-internet-via-la-pression-des-etats-unis

BIARRITZ, France – La France a reporté la signature d’un engagement des plates-formes Internet de lutter contre le discours de haine en ligne sous la pression des Etats-Unis, a déclaré un ministre français, ajoutant qu’il espérait toujours que les Etats-Unis rejoindraient cette initiative.

PHOTO DE DOSSIER: De petites figurines apparaissent devant le logo Facebook dans cette illustration, le 8 avril 2019. 

La France, qui accueille le sommet du G7 à Biarritz, espérait au départ que les géants des médias sociaux signent une « Charte pour un Internet ouvert, libre et sûr », selon le programme officiel.

« La Charte sera signée par les principaux acteurs du numérique à Paris le 23 août, avant d’être présentée aux États du G7 à Biarritz », a indiqué le programme.

Aucune cérémonie n’a eu lieu vendredi et la radio Europe 1 a déclaré que le président américain Donald Trump avait fait pression sur les dirigeants de ces réseaux sociaux pour qu’ils signent cet engagement publiquement.

Le secrétaire d’Etat français à l’industrie numérique a déclaré à la presse que la signature de l’accord n’était que tardive et qu’elle aurait lieu lundi.

« L’idée de départ était de faire venir les plates-formes à Biarritz et jusqu’à présent, les Etats-Unis étaient opposés à la signature de cet engagement », a déclaré Cedric O.

« Diplomatiquement, il était délicat de faire venir des plates-formes américaines à Biarritz et de signer quelque chose alors que le président américain n’était pas là », a-t-il déclaré.

Google, Facebook et Snapchat étaient parmi les plateformes qui devaient signer la charte, selon Cedric O.

La charte a pour objectif de créer un mouvement collectif garantissant la transparence et la coopération pour une utilisation sûre et positive de l’Internet, a déclaré la présidence française du G7.

Il s’appuie sur l’appel de Christchurch en élargissant la portée des engagements pris par les plateformes, notamment en ce qui concerne la suppression de contenu, la modération, la transparence et le soutien aux victimes.

« Il n’y a aucun doute sur le fait que les réseaux sociaux vont signer l’engagement », a déclaré Cedric O.

« Les plateformes ont joué au ballon et ont pris un engagement sur l’engagement, tous les pays participant également, la question qui reste aujourd’hui est de savoir si les États-Unis vont nous rejoindre, ce qui serait un grand succès », a-t-il ajouté.

« Nous en discutons avec eux et espérons qu’ils pourront participer à cette initiative et qu’ils pourront signer l’engagement lundi. »


 » Source (traduit de l’anglais) : reuters

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

error: Content is protected !!